Isabelle Lambotte et l’esprit du partage

Nov 17, 2021

Isabelle Lambotte, fondatrice de l’organisation Share My Meals à Princeton, nous raconte son parcours.

Isabelle vient de Belgique où elle était pharmacienne. Après avoir obtenu un MBA, elle a travaillé pendant 11 ans chez Abbott où, en tant que Business Unit Manager, elle était responsable des ventes et du marketing pour la division nutrition. Avec son mari, ils ont d’abord habité au Portugal où elle a fait un stage dans une boîte de publicité pour apprendre le portugais. Ce stage s’est bientôt transformé en un véritable travail puisqu’on lui a demandé de créer la division « santé » de l’entreprise. Après seulement quelques mois, elle a déménagé en Italie avec son mari où ils y ont eu leurs deux enfants. Ils ont ensuite bougé à Paris où elle a travaillé dans une société en tant que directrice de marketing pour la nutrition pédiatrique. Alors qu’elle venait de récupérer une position intéressante, toute cette petite famille a déménagé à Princeton pour le travail de son mari. Les premières années, elle a été consultante pour Ferrero où elle a contribué à développer des petits déjeuners équilibrés autour de la Nutella. Il y a quelques années, elle a réalisé son rêve de faire un voyage en Inde avec sa famille. Lors d’une visite à la Tushita, une fondation tenue par un couple d’Italiens, elle a eu le coup de foudre pour leur projet et a décidé de s’y investir. Pendant cinq ans, elle est allée en Inde deux à trois fois par an. Elle a développé une collaboration avec Princeton In Asia, une organisation qui envoie des étudiants pendant un an pour enseigner l’anglais aux enfants mais également aux instituteurs locaux au travers de la matière de leur choix comme l’histoire, la géographie ou la musique. Ce travail pour la Tushita Inde ne lui prenant pas beaucoup de temps, elle cherchait autre chose à faire pour se rendre utile.

Isabelle a alors décidé d’aider son amie Liliana qui venait de créer la Princeton Mobile Food Pantry. Tous les mercredis, des volontaires distribuaient des aliments comme des œufs, du pain, des fruits, des légumes, et des gâteaux. Les gens faisaient la queue dès midi devant le centre de distribution pour récupérer leur sac individuel. Entre 2015 et 2020, elle a vu une augmentation importante du nombre de personnes dans le besoin mais malheureusement peu d’augmentation des quantités de nourriture à distribuer. Isabelle savait par son expérience professionnelle en grande entreprise que beaucoup de cafétérias jetaient leur surplus de nourriture à la fin du service. Elle a donc eu l’idée d’aller chercher ces repas pour les redistribuer localement. Elle voulait créer quelque chose de différent, qui servirait des repas comme on l’entend en France c’est-à-dire avec des protéines, des féculents, et des légumes. Aucune autre organisation ne proposait la distribution à domicile de repas complets. C’est ainsi que l’idée de « Share My Meals » a germé!  Livrer des repas équilibrés tout prêts à domicile à des gens dans le besoin, essentiel pour ceux qui n’ont pas de voiture et/ou ne peuvent pas se déplacer pendant la journée pour se rendre aux Food Pantries. Avec Caroline et Liliana, qui ont cru dans le rêve d’Isabelle, elles ont créé l’organisation Share My Meals pour combattre l’insécurité alimentaire tout en diminuant les effets négatifs du surplus alimentaire sur l’environnement. Isabelle a alors contacté Sodexo qui gère entre autres les cafétérias d’entreprises, et toutes les trois ont été mises en contact avec des représentants de Sodexo gérant les grands groupes d’entreprises basées dans le NJ. Ils ont été très enthousiastes et ont même proposé d’aider avec la livraison en mettant à disposition des employés pour faire du volontariat. Ces discussions ont eu lieu fin 2019 et les statuts de Share My Meals ont été déposés début janvier 2020. 

Quand Isabelle a créé l’équipe, elle cherchait des gens motivés par l’aspect humain de la mission. Caroline et Liliana ont rapidement été rejointes par Macarena, une experte en logistique, Elisabeth comme experte financière, Stan pour la partie communication et beaucoup d’autres volontaires pour les livraisons. Malheureusement, les collaborations avec les grandes sociétés et l’université de Princeton ont été interrompues à cause du Covid. Mais, loin de se laisser abattre, Isabelle a su rebondir et avec son équipe, ils ont mis en place une stratégie claire. Lorsque les restaurants ont fermé pour cause de pandémie, ils ont proposé à certains d’entre eux de cuisiner des repas avec ce qu’il leur restait en inventaire. Une fois ce stock épuisé, Isabelle leur a proposé de continuer à préparer des repas et de leur vendre à prix coûtant. En parallèle, les donations ont commencé à affluer grâce au site web, à des « Go Fund Me », ou simplement grâce au bouche-à-oreille. Les efforts considérables de tous les volontaires et la générosité de donneurs individuels ou de fondations ont permis à Share my Meals de distribuer plus de 100 000 repas en moins de deux ans. Et ils ont réussi à collecter un impressionnant chiffre en donations dès leur première année en activité, dont deux « grants » de l’état du New Jersey.  Share My Meals compte aujourd’hui une quarantaine de volontaires et une équipe de membres du bureau très soudée et efficace.

Share My Meals a trois programmes: 

1. Le « Waste Watcher Program », le programme originel, qui vise à récupérer des repas équilibrés qui, sans eux, auraient été jetés. Ce programme permet aux entreprises de contribuer à l’insécurité alimentaire locale tout en leur évitant des coûts de destruction, mais surtout en évitant les effets néfastes pour l’environnement. Ils peuvent aussi déduire ces dons de leurs impôts et cela permet à leurs employés de faire du volontariat localement. 

2. Le « Covid-19 Program » qui a été développé dans l’urgence pour faire face à la pandémie et au besoin croissant de la population. 

3. L’« Inclusion Program » qui permet à des gens qui reçoivent à manger de travailler eux-mêmes pour « Share My Meals » en faisant des livraisons. En ce moment, ils ont une employée qui se sert de la camionnette de l’association pour faire des livraisons. Ils espèrent pouvoir se permettre de prendre d’autres employés dans les mois qui viennent.

L’association ne se limite pas à Princeton. En effet, ils entretiennent des collaborations avec d’autres organisations basées en dehors de Princeton qui servent de relais auprès des gens dans le besoin de leur propre communauté. 

Share My Meals a trois objectifs dans l’année à venir: 

1. Simplifier la communication avec les autorités du département de la santé. Ils sont d’ailleurs en contact avec le gouverneur Murphy pour essayer d’assouplir les directives en termes de récupération de repas tout en s’assurant de respecter les consignes de la FDA. 

2. Gérer l’offre et la demande. Ils ont développé une application qui gère la logistique et permet à leur modèle de pouvoir être répliqué dans d’autres régions. Cette application permet de savoir exactement le nombre de repas disponibles à distribuer et d’établir un système de priorité pour les gens qui en ont le plus besoin. Ils peuvent aussi scanner les plateaux contenant les repas au moment de la collecte puis au moment de la livraison, puis au retour du plateau. Ils ont la chance d’avoir en ce moment 12 étudiants de l’université de Princeton qui travaillent avec eux pour perfectionner cette application qui a été développée grâce aux talents de Stan Berteloot, leur spécialiste en technologie. 

3. Lever des fonds et trouver des partenaires. Ceci est fondamental pour permettre la croissance de « Share My Meals ». Financer la structure sera la seule façon de récupérer cette quantité inacceptable de repas gaspillés.

Share My Meals ne serait jamais devenu ce qu’il est aujourd’hui sans la confiance et le dévouement de toute son équipe de volontaires:

Macarena De Torres, pour son implication quotidienne avec leurs partenaires, leurs volontaires et surtout les familles dans le besoin. Macarena est toujours là où il faut et souvent là où on ne l’attend pas mais où elle apporte le petit plus qui fait la différence !

Elisabeth Calvarin, pour ses compétences dans le domaine financier et sa conscience professionnelle qui ont permis à Isabelle de se reposer sur elle tout au long de ces 2 premières années sachant que rien ne serait négligé. Sa précision et son intelligence continuent de l’éblouir tous les jours.

Stan Berteloot, dont la créativité et la curiosité leur ont permis de se dépasser et de développer des outils logistiques indispensables au développement de Share My Meals, sans parler de son talent journalistique, dont l’impact leur a été révélé lors de leurs premières campagnes médiatiques. Cette visibilité leur a permis de recevoir l’aide de restaurants locaux, ce qui leur a permis d’adapter leur programme durant la pandémie.

Caroline de Schrevel, qui avant même la création de Share My Meals a cru dans la mission et a donné à Isabelle la force et le courage de démarrer cet ambitieux projet. Sa confiance a été déterminante car même sans très bien la connaitre, elle croyait en son esprit critique!

Canan, Karen, Diana sont également des piliers de Share My Meals gérant respectivement et de de façon autonome et dévouée leur programme de récupération et distribution de fruits et légumes, les contacts avec la communauté et la gestion de leur équipe de 40 volontaires. 

Le retour à leur Waste Watcher Program contribuera considérablement à la croissance de Share My Meals, ce qui rend impératif la participation de nouveaux talents dans leur équipe, particulièrement pour les aider dans le marketing et la communication ou même de façon ponctuelle pour l’organisation d’événements. Et pour ceux et celles qui ont du temps entre 16h et 17h30, un coup de main pour leurs livraisons est toujours bienvenu!  Si vous avez envie d’en savoir plus, consultez leur site web (www.sharemymeals.org).